Virginie, 38 ans, Nantes, mère de 5 enfants.

PORTRAIT DE CROYANT-12-VIRGINIE-NANTES ©www.melaniefrey.com

Sa foi :

« Je crois en Jésus Christ mort et ressucité pour nous sauver de ce qui nous emprisonne et de la souffrance. Pour moi ça donne un sens à la souffrance car je crois que toute souffrance peut être offerte pour rendre le monde meilleur. C’est le principe de la communion des saints : si je fais un effort, grâce à ça, quelqu’un, quelque part dans le monde, va en recevoir les fruits. Ce sont des vases communiquant. Si on offre quelque chose à Dieu, il le redistribue… Je crois que l’on est relié en permanence à Dieu et ça m’aide dans tout ce que je fais : pour mes joies et mes peines, mes épreuves. Le bon Dieu est dans le coup dans tout ce que l’on fait, vit, tout ce que l’on donne ou reçoit ! »

Ses doutes :

« Ce qui m’énerve, c’est que l’on tombe toujours dans les mêmes défauts ! Ma rencontre avec Jésus s’est faite par le sacrement de réconciliation, mais à chaque confession, je redis les mêmes choses… Je suis tiraillée par le fait d’être abandonnée à la volonté de Dieu, sachant qu’il ne faut pas se juger, et l’envie d’être parfaite, ou au moins de me perfectionner… mais ça n’a pas l’air de marcher comme ça ! Mes limites m’énervent mais la seule réponse que nous dicte la foi, c’est de s’abandonner, de se faire plus humble.

Par ailleurs j’ai un stress : que va devenir la religion catholique ? Comment faire pour faire connaître Jésus ? Il y a des enfants qui ne connaissent même pas Jésus alors que pour moi, c’est tellement naturel !!! Le fossé entre les croyants et les non-croyants s’agrandit. On est de plus en plus loin les uns des autres. »